Connexion des membres

Accueil   |   À propos   |   Liens   |   Nous joindre

Photo : Josiane Ouellet
Automne 2018  |  Numéro 158

Patrimoine et participation citoyenne. Nous faisons la différence


Dossier   |  par , journaliste au quotidien Le Soleil

Un levier en bois de palette

Les places publiques temporaires créées par ou pour les citoyens se multiplient au Québec. Cette vogue de l’urbanisme tactique pourrait-elle s'avérer bénéfique pour le patrimoine ?

En se promenant dans la basse-ville de Québec cet été, on pouvait s’arrêter dans une place publique éphémère aménagée devant l’église Saint-Charles-de-Limoilou. Chaque morceau du mobilier s’inspirait d’un élément architectural du temple majestueux en toile de fond : arches, clocher, bancs de bois, etc. Créé par les jeunes architectes du collectif SPOT (Sympathique place ouverte à tous), l’Espace parvis était parfait pour quiconque souhaitait respirer un instant en admirant le décor.

Le patrimoine est associé à la pérennité, mais en chemin vers la revitalisation d’un lieu identitaire chargé d’histoire, plusieurs organismes choisissent, paradoxalement, d’y construire une installation éphémère. Le but : intéresser les citoyens au site en jachère pour qu’ils s’impliquent dans le choix de sa nouvelle vocation.

À Saint-Charles-de-Limoilou, Espaces d’initiatives, un « laboratoire d’innovations sociales » qui compte transformer l’église désacralisée en lieu communautaire, anime le parvis par des interventions d’urbanisme tactique depuis trois ans. L’organisme est né parce que des citoyens et des intervenants sociaux s’inquiétaient de l’avenir du lieu, raconte Édouard-Julien Blanchet, cofondateur et coordonnateur d’Espaces d’initiatives. « Ce serait aberrant qu’un bâtiment de cette envergure en vienne à être détruit pour des raisons de sécurité, parce qu’il a été laissé trop longtemps à l’abandon, dit-il. Nous voulons rassembler des groupes sensibles au patrimoine du quartier et créer ensemble un projet structurant pour le milieu. » Au terme de la démarche, vers la fin de l’année 2020, l’édifice devrait notamment abriter un espace de cotravail, une cuisine partagée et un stationnement pour vélos.

Pour lire la suite, commandez le magazine en cliquant ici.

  RETOUR AU SOMMAIRE Partager

 

commentaires gérés par Disqus

NOUVELLES

17 septembre 2018
Offrez-vous un voyage patrimonial distinctif!

12 juin 2018
Colloque sur le patrimoine

22 mars 2018
Parution printanière

TOUTES LES NOUVELLES