RETOUR

Photo: Montréal en histoires

Actualités patrimoniales

Lumière sur l’histoire de Montréal

Source: Montréal en histoires

À partir du 18 mai et jusqu’en 2019, l’œuvre Cité mémoire illuminera le Vieux-Montréal et le Vieux-Port de Montréal 10 mois par année. Conçue par Michel Lemieux et Victor Pilon (Toruk), en collaboration avec le dramaturge Michel Marc Bouchard (Tom à la ferme), la création réunira 19 tableaux (22 en 2017) projetés sur des murs, des arbres ou le sol. Elle évoquera l’histoire de la métropole et intégrera des personnages qui en ont été témoins (Marguerite Bourgeoys, des jazzmen du Red Light, Jackie Robinson, Maurice Richard, etc.). L’application mobile Montréal en histoire (disponible depuis l’été 2015) permettra d’écouter les contenus dramaturgiques et les mises en contexte historiques de Cité mémoire. En attendant, elle propose déjà aux utilisateurs des parcours technohistoriques incluant 50 points d’intérêt et 12 expériences en réalité augmentée.

De l’aide pour les églises modernes

Cet automne, Continuité publiait sur le Web un texte de l’historienne de l’architecture moderne Marie-Dina Salvione (onglet « Collection » au sommaire du numéro 146). Dans le contexte de la démolition imminente de l’église Notre-Dame-de-Fatima à Saguenay, l’auteure rappelait la grande valeur patrimoniale de ce bâtiment original. À ce moment, le programme d’aide financière à la rénovation de lieux de culte du ministère de la Culture et des Communications visait uniquement les édifices d’avant 1945. Ce qui faisait des églises modernes comme Notre-Dame-de-Fatima et Saint-Gérard-Majella, à Saint-Jean-sur-le-Richelieu (voir « Témoins modernes : défier la fatalité », p. 56), des laissées pour compte. Mais plus maintenant. Selon une annonce de la ministre Hélène David, le programme s’étendra désormais aux lieux de culte bâtis entre 1945 et 1975. Sans compter qu’en plus des églises classées en vertu de la Loi sur le patrimoine, les églises cotées A et qualifiées d’incontournables par le Conseil du patrimoine religieux pourront elles aussi se prévaloir de ce programme (cela concerne une quarantaine de lieux de culte modernes au Québec).

Élus, suivez le guide !

La MRC de Pontiac lançait récemment le Guide du patrimoine destiné aux élus du Pontiac. Cet ouvrage, le premier du genre au Québec, invite les municipalités à miser sur ce qui rend leur milieu différent, à investir dans l’amélioration de ses éléments naturels et culturels distinctifs afin d’attirer les travailleurs et les entreprises dans leur région. Il traite des lois et règlements dont elles disposent pour ce faire, en plus de proposer dans une esquisse des améliorations pour la rue principale de chaque municipalité et de se pencher sur des initiatives capables d’augmenter la qualité visuelle des villages. Pour aider les municipalités à réaliser certains des projets suggérés, la MRC a mis de côté une somme de 34 000 $ et offre un soutien technique.

Renaissance pour la Maison Plamondon


Photo: Didier Ouellet

Datant de 1908, la Maison Plamondon de Saint-Raymond, dans Portneuf, a retrouvé son lustre d’antan. Il ne reste que la peinture et l’aménagement extérieur à compléter. Augustine Plamondon, qui a enseigné le piano à l’auteur-compositeur Luc Plamondon, y a habité jusqu’à sa mort en 2009. Après quoi son ancien élève a acheté la résidence pour en faire don à la Municipalité. Il a fallu cinq ans et demi de travail à la Fondation Plamondon pour restaurer et mettre en valeur ce bâtiment patrimonial. La participation du ministère de la Culture et des Communications, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, de la Ville de Saint-Raymond, de plusieurs commanditaires et de la population a permis d’amasser les 709 000 $ nécessaires à la réalisation de ce projet. Une journée portes ouvertes a eu lieu en février, avant l’inauguration officielle prévue cet été. La maison accueillera d’abord une exposition temporaire sur l’histoire industrielle de la ville, puis, à la fin de l’année, une exposition permanente rendant hommage aux grands bâtisseurs de l’endroit. Des récitals, des ateliers d’écriture, des cours de musique et d’autres activités culturelles s’ajouteront également à la programmation au fil du temps.

HONNEURS

Des efforts remarqués

Grange-étable du 1255, côte des Érables / Source: Ville de Québec

Maison Robitaille avant et après les travaux / Source: Ville de Québec

Maison de la famille Bussières / Source: Ville de Québec

La Ville de Québec a remis en décembre ses Mérites d’architecture 2015. Le travail réalisé par Sonia Larouche et France Simard sur la grange-étable située au 1255, côte des Érables a été salué par le prix de la catégorie Patrimoine (dans un site patrimonial). Une mention a aussi été remise à l’église unie Chalmers-Wesley, qui a connu trois phases de restauration en cinq ans. Dans la catégorie Patrimoine (hors d’un site patrimonial), le prix a souligné la renaissance de la maison centenaire Robitaille, un témoin de l’architecture éclectique de l’ère victorienne sis au 3716, boulevard Sainte-Anne. Enfin, le prix de la catégorie Entretien et préservation a été décerné à Martin Dubois et Martin Pelletier pour leurs interventions sur la maison d’inspiration vernaculaire américaine de la famille Bussières située au 1365, rue Frontenac.

Restaurer, recycler, agrandir

Maison William-Notman / Photo: Stéphane Brugger

Bibliothèque Monique-Corriveau / Photo: Stéphane Groleau

Collège Saint-Louis / Photo: Stéphane Groleau

Les Prix d’excellence en architecture 2015 de l’Ordre des architectes du Québec (OAQ) ont récompensé 16 projets, dont celui de la Maison William-Notman à Montréal (Sid Lee Architecture) dans la catégorie Conservation et restauration et celui de la Bibliothèque Monique-Corriveau à Québec (Dan Hanganu + Côté Leahy Cardas architectes) dans la catégorie Reconversion et recyclage. Le Prix du public a pour sa part récompensé le Collège Saint-Louis (Marosi Troy et Jodoin Lamarre Pratte), où agrandissement contemporain et restauration sont combinés. Le livre-souvenir 2015 peut être consulté sur le site Web de l’OAQ (oaq.com). On y trouve, pour chaque projet, les commentaires du jury ainsi que plusieurs illustrations (photos, plans, esquisses).

EXPOSITIONS

L’histoire à la trace

Photo: Carole Bergeron

Pointe-à-Callière, le musée d’archéologie et d’histoire de Montréal, présente, jusqu’au 8 janvier 2017, la première grande exposition entièrement consacrée à l’archéologie québécoise. Fragments d’humanité. Archéologie du Québec réunit quelque 350 pièces, dont certaines sortent pour la première fois de la Réserve d’archéologie du ministère de la Culture et des Communications. Une quinzaine d’autres organismes ont prêté des objets, dont le Musée des Ursulines de Trois-Rivières, qui conserve la collection archéologique Bécancour, la plus ancienne du genre au Canada. Ces artéfacts, dont plusieurs n’ont jamais été présentés au public, racontent notre histoire en quatre parties. La première s’intéresse à l’époque antérieure à l’arrivée des Européens sur le territoire québécois; la deuxième, aux échanges et au commerce des XVIe et XVIIe siècles; la troisième, à la vie quotidienne (alimentation et art de la table, hygiène ainsi que jeux et jouets) aux XVIIIe et XIXe siècles; et la quatrième, aux vestiges de cinq épaves (Elizabeth and Mary, Machault, Auguste, Empress of Ireland et Lady Sherbrooke) mis au jour grâce à l’archéologie subaquatique. Certaines pièces ont été restaurées spécialement pour l’occasion, notamment des jarres découvertes sur les sites basques de l’île du Petit Mécatina en Basse-Côte-Nord. Parmi les incontournables, la pirogue amérindienne préhistorique retrouvée dans un lac de Lanaudière au milieu des années 1980 en impressionnera certainement plus d’un. Info : 514 872-9150 ou pacmusee.qc.ca

Jouer sur plusieurs tableaux

L’exposition Main d’œuvre. Les ateliers d’arts graphiques (1947-1956) – Roland Giguère et les Éditions Erta (1949-1992) rend hommage à toutes les facettes de l’œuvre de ce poète, graphiste, peintre, imprimeur et éditeur. Lauréat de deux Prix du Québec, l’artiste a révolutionné l’édition littéraire québécoise et marqué les arts visuels par son œuvre graphique. Des poèmes récités sur vidéo côtoient ici leur version manuscrite, tandis que des œuvres d’amis, de professeurs, d’écrivains, de peintres et d’artisans voisinent avec les créations de Roland Giguère. Des peintures, dessins, lithographies, sérigraphies, livres d’artistes, photos, vidéos et manuscrits rappellent aux visiteurs des jalons essentiels de l’histoire culturelle, politique et sociale du Québec, notamment l’effervescence qui a précédé la Révolution tranquille. Pour toute l’année 2016, à la Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie. Info : 514 861-0880 ou mlgd.ca

À L’AGENDA

Concert d’hommages

Source: Musée des religions du monde

L’année 2016 marque le 125e anniversaire de naissance du peintre et graveur Rodolphe Duguay. Profitant de l’occasion, la Maison et atelier Rodolphe-Duguay, à Nicolet, a préparé une programmation spéciale et multiplié les partenariats pour rendre dignement hommage à l’artiste. Jusqu’au 12 septembre prochain, le Musée des religions du monde de Nicolet présente Rodolphe Duguay, du paysage à la prière, une exposition regroupant 71 œuvres (huiles, gravures sur bois, pastels, fusains et dessins) qui témoignent de la cohabitation d’inspirations religieuses et profanes dans le travail de cet artiste fasciné par la nature et les paysages. Du 28 avril jusqu’à la fin de l’année, le Musée québécois de culture populaire de Trois-Rivières accueillera Rodolphe Duguay, regards contemporains. Dans cette expo présentée en collaboration avec la Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières, une dizaine d’artistes de la gravure (dont cinq internationaux) s’inspirent de gravures choisies de Rodolphe Duguay pour créer une œuvre contemporaine. Du côté de la Maison et atelier Rodolphe-Duguay, les festivités s’ouvriront le 22 mai avec l’exposition Rodolphe-Duguay, peintre et graveur (jusqu’au 4 septembre) et se poursuivront avec l’exposition de photographies Les paysages de Rodolphe Duguay revus par Renée Frigon et Robert Myrand, deux photographes de Nicolet (du 11 septembre au 9 octobre), et d’autres activités variées. Enfin, le premier étage du Musée Hôtel des Postes de Victoriaville accueillera l’exposition Rodolphe Duguay, œuvres choisies du 2 juin au 25 septembre. Info : 819 293-4103 ou rodolpheduguay.com

Rendez-vous patrimonial

Le troisième congrès bisannuel de l’Association of Critical Heritage Studies se tiendra à Montréal du 3 au 8 juin prochain sous le thème « Le patrimoine, ça change quoi? ». Organisé sous la direction de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’UQAM, en collaboration avec le Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia, l’événement abordera le patrimoine en tant que phénomène, symptôme, effet ou catalyseur. On s’y penchera sur différents aspects du patrimoine : usages et conflits, fabricants, conceptions, échelle mondiale et locale, justice et droit, épistémologie, pédagogie et méthodes.

SUR LE WEB

Trésor numérisé

Le Conseil des arts du Canada a récemment relancé son site Web banquedart.ca. On y trouve 17 000 œuvres d’art canadiennes acquises par l’organisme au cours des 50 dernières années, soit la plus grande collection du genre en ligne. On peut faire des recherches dans la collection, créer sa propre galerie, partager ses trouvailles avec des amis et même louer des œuvres.

Cet article est disponible dans :

Patrimoine de l'humanité. Merveilles du monde

Printemps 2016 • Numéro 148

Ce qui nous unit

Article suivant