RETOUR

Actualités patrimoniales | Été 2023

Continuité et la Fabrique culturelle

L’article « Arts autochtones en action » paru dans le numéro 174 de Continuité a été sélectionné pour diffusion grand public par la Société de développement des périodiques culturels québécois et la Fabrique culturelle – la plateforme numérique de Télé-Québec. Ce texte du Wendat Guy Sioui Durand (Tsie8ei 8enho8en), sociologue de l’art et commissaire indépendant, aborde l’importance de l’expression artistique des Premières Nations pour guérir collectivement les blessures du passé. Il est possible de lire le texte gratuitement au bit.ly/44b1KMh ou de commander le numéro en question au magazinecontinuite.com.

 

Les goélettes de Charlevoix protégées

En 2023, le ministère de la Culture et des Communications a octroyé une contribution supplémentaire de 1,4 million $ au Musée maritime de Charlevoix pour le projet de protection pérenne de trois goélettes. Ce financement, qui s’ajoute à une somme initiale de plus de 4,7 millions $, permet la construction d’abris pour la préservation des goélettes Jean Yvan, St-André et Marie-Clarisse II d’ici à ce qu’elles puissent être restaurées. La première est le plus important témoin du savoir-faire naval au Québec, tandis que les deux autres sont classées biens patrimoniaux. Ces imposantes embarcations de 40 mètres de longueur par une dizaine de mètres de largeur sont au cœur de la collection du Musée
maritime, situé à Saint-Joseph-de-la-Rive.

Goélettes Charlevoix

Source : Rayside Labossière

 

Colorier l’histoire

Colorier les portraits de femmes et d’hommes ayant marqué l’histoire d’ici dans différents domaines : arts et lettres, affaires, médecine, journalisme, botanique… Voilà ce que proposent les Rendez-vous d’histoire de Québec, qui se tiennent du 9 au 13 août 2023. Cette quarantaine de portraits, œuvre de l’illustratrice Constance Harvey, est accompagnée de courtes biographies. Une façon originale de renouer avec le passé du Québec ou de faire de belles découvertes.

Constance Harvey illustration, rendez-vous d'histoire de Québec

Illustration : Constance Harvey,
Rendez-vous d’histoire de Québec

 

Visites du dimanche

Avec le retour de la belle saison, l’organisme Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec reprend ses visites du dimanche, de mai à octobre 2023. Les curieux pourront pénétrer dans des maisons d’antan pour y découvrir les aspects uniques du patrimoine de ces dernières, l’histoire de leur restauration et leur ancrage dans les municipalités du Québec. Par exemple, certains propriétaires ouvrent les portes de leur demeure ancestrale le 9 juillet à Buckingham, en Outaouais, et le 6 août à Saint-Irénée, dans Charlevoix.

 

Le lac aux Étoiles-Qui-Craquent

Chaque année à l’approche de la Saint-Valentin, la Commission de toponymie annonce les coups de cœur du public parmi les lieux nouvellement nommés. Plus de 7000 personnes se sont prononcées en faveur du lac aux Étoiles-Qui-Craquent, situé à 20 km au nord-est de Baie-Comeau. Son nom poétique fait référence à la glace qui craque en hiver. Quant à la Commission, elle a retenu le lac des Frémilles, un plan d’eau situé à 130 km au nord de Dolbeau-Mistassini, au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

 

Avaler les montagnes

Le Quartier chinois de Montréal dévoile son côté féminin. Jusqu’au 23 août, le Musée McCord Stewart présente l’exposition Avaler les montagnes de l’artiste multidisciplinaire Karen Tam. Le titre renvoie aux « montagnes dorées », nom donné au Canada par les premiers immigrants chinois au milieu du XIXe siècle, en référence à la possibilité d’y faire fortune. À partir d’objets appartenant à des membres de la communauté, l’artiste a créé des œuvres qui mettent en vedette des femmes chinoises ayant vécu dans la métropole aux XIXe et XXe siècles. Leur apport à la vitalité du Quartier fut des plus importants, malgré leur sous-représentation due à la Loi de l’immigration chinoise, adoptée il y a 100 ans. Cette loi, qui pendant 24 ans a interdit toute forme d’immigration en provenance de la Chine au Canada, a créé un fort déséquilibre dans la population en empêchant les femmes de venir rejoindre leur mari.

Exposition Avaler les montagnes

Photo : Laura Dumitriu, Musée McCord Stewart

 

Un jeu pour l’UQAM

UQAMino, c’est le nom du jeu créé par une équipe de professeurs et d’étudiants à la maîtrise en communication de l’UQAM. Utilisant la géolocalisation, l’application permet de découvrir le patrimoine de cette université montréalaise dont les activités sont réparties entre différents pavillons autour de l’axe Berri-UQAM jusqu’au Complexe des sciences Pierre-Dansereau. Les joueurs doivent résoudre des énigmes, relever des défis et amasser des objets dans 10 lieux différents. Une façon ludique de visiter ou de redécouvrir l’UQAM.

 

Archives beauceronnes accessibles

La Société du patrimoine des Beaucerons a mis en ligne un portail afin de rendre ses archives disponibles. On y trouve la description de documents d’archives et d’objets conservés par les institutions muséales et d’histoire de la Beauce. La Société souhaite ainsi mettre en valeur le patrimoine documentaire de la région et, plus largement, son patrimoine sous toutes ses formes. Lettres, photos, cartes… On y trouve de nombreuses traces de tout ce qui a contribué à faire de cette région ce qu’elle est aujourd’hui.

 

Pour étudier le patrimoine bâti

Les professionnels et les passionnés du patrimoine bâti ont désormais accès à un programme court, axé sur les connaissances pratiques, offert par la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. La reconnaissance de l’aspect patrimonial du bâti et sa mise en valeur sont au cœur de cette formation composée de 5 cours. L’ensemble permet d’acquérir une expertise reconnue et d’agir à titre de spécialiste au sein d’équipes multidisciplinaires sur des projets de transformation de l’environnement bâti, tant dans le secteur privé que dans la fonction publique.

 

Montréal, version LEGO

La Montréalaise Addy Parsons s’est lancé tout un défi ! Celui de reproduire différents bâtiments de la métropole à partir de blocs LEGO. Passionnée d’architecture, l’étudiante en électromécanique utilise d’abord un logiciel de design pour créer les maquettes de ses projets. Puis, elle se lance dans la construction. Maison typique du Plateau-Mont-Royal, dépanneur Couche-Tard, restaurant Chez Schwartz’s et même l’emblématique Orange Julep ont pris vie sous ses mains habiles ! Cette dernière réalisation a demandé pas moins de 5 mois de travail, 8 versions et 1635 pièces LEGO. On peut admirer son œuvre sur son site Web au brickandblock.ca.

Orange Julep Lego, Addy Parsons

Photo : Addy Parsons

 

 

Cet article est disponible dans :

Patrimoine et moulins. Du grain au pain

Été 2023 • Numéro 177