RETOUR

Photo: Guillaume D. Cyr

Au-delà du coup de cœur

Pour qu’un musée ajoute une pièce à sa collection, il faut plus qu’un coup de cœur. Chaque objet est analysé avec rigueur, en fonction de critères bien définis. Cinq directrices de collection nous expliquent comment se fait la sélection.

Les institutions muséales reçoivent beaucoup plus d’offres que ce qu’elles peuvent se permettre d’acquérir, question de mission, d’espace ou… de budget. Comment choisit-on un objet à conserver ? Continuité a enquêté auprès de musées aux missions et aux tailles variées d’un peu partout au Québec.

D’entrée de jeu, un constat s’impose : ajouter un objet ou un document d’archives aux milliers que compte déjà une collection n’est pas l’affaire d’une seule personne. « On a un comité d’acquisition qui reçoit les offres de dons ou d’achats. On doit préparer un dossier pour chaque pièce », explique Cathleen Vickers, directrice des collections et de la recherche à la Pulperie de Chicoutimi. Chaque objet est alors évalué selon plusieurs critères, comme sa représentativité, sa cohérence dans une collection, son état de conservation ou la capacité du musée de le conserver.

Pour lire la suite, commandez le magazine en cliquant ici.

Cet article est disponible dans :

Collections muséales. La parole aux objets

Hiver 2016 • Numéro 147

La force des choses

Article suivant