RETOUR

Magasin général de Saint-Armand

Le magasin général de Saint-Armand est visible dans le film L’Arracheuse de temps. Il prendra aussi les traits d’un bistro dans la série Three Pines. | Photo : Isabelle Leroux

Filmer l’histoire

Les tournages de fiction sont souvent campés dans des endroits bien réels. Coup d’œil sur des lieux patrimoniaux prisés par les productions québécoises et internationales.

Que ce soit pour ses bâtiments d’inspiration loyaliste, ses paysages bucoliques, sa proximité avec la frontière américaine ou tout ça à la fois, la MRC de Brome-Missisquoi, en Estrie, se révèle populaire depuis des années auprès des équipes de tournage. Particulièrement Saint-Armand, qui apparaît dans de nombreuses productions. « Guy Édoin, qui en est originaire, l’a incorporé dans son film Marécages (2011), par exemple », relève Mona Beaulac, directrice générale du Musée du comté de Missisquoi. Le pont couvert Guthrie, construit en 1888 sur le chemin qui porte aujourd’hui le patronyme du cinéaste, est également au cœur de sa trilogie de courts-métrages Les Affluents (de 2004 à 2008).

À l’automne 2020, c’est l’équipe de L’Arracheuse de temps, un récit de Fred Pellerin adapté à l’écran par Francis Leclerc (en salle depuis le 19 novembre 2021) qui s’est installée au cœur du village. Celui-ci a été « vieilli » pour le tournage de scènes extérieures se déroulant vers la fin des années 1920.

Cet article est disponible dans :

Patrimoine et cinéma. Projection dans le passé

Hiver 2022 • Numéro 171

connectez-vous pour lire l’article

Ajoutez au panier

085$ Lire l'article