RETOUR

Julie Lampron

Jardiner à l'ancienne

Les plantes indigènes attirent de plus en plus les pouces verts. Rien d’étonnant puisque ces espèces originaires du terreau québécois ont tout pour plaire.

Le jardinier nostalgique se remémorera les plates-bandes de son enfance en plantant des trilles ou des barbons de Gérard. Le jardinier paresseux, lui, se réjouira de constater que les plantes indigènes, bien adaptées à notre climat, requièrent peu d’entretien, voire pas du tout. Pas besoin d’engrais ni de pesticides pour garantir croissance et productivité, ce qui ne manquera pas de satisfaire le jardinier à la fibre écologique. Quant aux pouces verts qui ont à cœur la nature typique du Québec, ils verront dans ces plantes un patrimoine floristique. Il y a une affection identitaire pour les indigènes, selon Isabelle Dupras, architecte paysagiste et pépiniériste à Horticulture Indigo, une pépinière d’Ulverton spécialisée dans les plantes indigènes du Québec.

Pour lire la suite, abonnez-vous en cliquant ici.

Cet article est disponible dans :

Plantes et jardins d'antan. Cultiver ses racines

Été 2014 • Numéro 141

Bretagne. Le patrimoine dans le coup

Article suivant