RETOUR

Pendant leur trajet sur le fleuve, les navires ralentissent pour permettre aux pilotes de monter à bord. 
Photo : Bruno Boissonneault

Pendant leur trajet sur le fleuve, les navires ralentissent pour permettre aux pilotes de monter à bord. | Photo : Bruno Boissonneault

Les héritiers du fleuve

En menant à bon port les navires qui transitent sur le fleuve, les pilotes du Saint-Laurent perpétuent l’une des plus anciennes traditions maritimes québécoises. Incursion dans leur métier.

Avec ses bancs de brume, ses écueils, ses courants, ses marées, ses glaces et ses vents parfois violents, le Saint-Laurent n’est pas un long fleuve tranquille. C’est pourquoi on fait appel à des pilotes expérimentés pour guider les navires sur ce cours d’eau depuis quatre siècles. Bien sûr, leur travail s’est transformé au fil du temps, mais n’a jamais dévié de son objectif principal : assurer la sécurité de la navigation sur le fleuve.

Cet article est disponible dans :

Numéro anniversaire. Raconter le Québec. Numéro anniversaire. Raconter le Québec

Hiver 2023 • Numéro 175

connectez-vous pour lire l’article

Ajoutez au panier

200$ Lire l'article