RETOUR

Écolières_Village_Québécois_Antan_Drummondville

Écolières au Village québécois d'antan de Drummondville | Photo : Gabrielle Fortin

Lieux d’histoire et d’apprentissage

L’école est un passage obligé porteur de souvenirs. C’est entre les murs d’un bâtiment scolaire qu’on forge nos premières amitiés, qu’on éprouve nos premières fiertés et qu’on apprend à s’ouvrir sur le monde.

Nos établissements éducatifs sont aussi les témoins de l’évolution de la société québécoise. Après la création des écoles de rang vient la Loi concernant la fréquentation scolaire obligatoire, en 1943. Les bouleversements se poursuivent avec le déclin du contrôle de l’église sur l’éducation et l’émergence du Lab-École, pour ne nommer que ceux-là.

Le dossier de la présente édition est l’occasion de plonger au cœur de cet héritage qui nous est tous commun: celui du patrimoine scolaire. Un survol des écoles à travers le temps offre un point de départ à cette exploration.

Les objets servant à l’enseignement racontent notre passé. Les Ursulines ont laissé un important legs à cet effet. De l’astrologie à la musique en passant par les arts et les sciences naturelles, les jeunes filles qui fréquentaient les établissements dirigés par ces religieuses pouvaient compter sur une éducation diversifiée.

Les écoles de rang, parmi les premiers établissements d’éducation au Québec, ont suscité plusieurs initiatives de préservation.

Cela dit, cette histoire comporte ses parts d’ombre. La découverte de sépultures anonymes près de pensionnats autochtones a permis de faire éclater la vérité sur les sévices infligés à ces élèves et à ces communautés. Guy Sioui Durand, sociologue de l’art d’origine wendat, nous présente des artistes autochtones qui se démarquent par leur volonté de dénoncer ces actes et de se réapproprier leur culture par leurs œuvres.

Le patrimoine scolaire bâti est sur la corde raide, mais tout n’est pas perdu. Les écoles de rang, parmi les premiers établissements d’éducation au Québec, ont suscité plusieurs initiatives de préservation. Certaines permettent aujourd’hui une immersion dans l’enseignement d’antan. D’autres sont transformées en résidences privées (lisez « La leçon de restauration », un texte publié en exclusivité dans notre site Web).

Par ailleurs, des organismes font le pari de restaurer un lieu d’éducation pour y exercer leurs
activités, dont le Centre culture et environnement Frédéric Back, à Québec. D’autres bâtiments conservent la fonction éducative de leurs espaces en les adaptant aux nouvelles réalités. Un bon exemple est l’École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal, qui a mis un point d’honneur à préserver ses éléments patrimoniaux.

Cet automne, Continuité revisite la thématique du patrimoine scolaire abordée au numéro 102 en 2004 (bit.ly/3QHCPbw), sous un nouvel angle. C’est aussi l’heure des bilans. À l’occasion de la rentrée, replongez dans ces lieux d’histoire et d’apprentissage ! 

 

Caroline Fortin

Directrice générale et rédactrice en chef

 

Cet article est disponible dans :

Patrimoine scolaire. Patrimoine scolaire : Devoirs de conservation

Automne 2022 • Numéro 174

Actualités patrimoniales | Automne 2022

Article suivant