RETOUR

Photo : Denis Farley, MBAM

Lifting pour une cinquantenaire

La maquette d’une œuvre emblématique d’Expo 67, L’homme d’Alexander Calder, sort d’une restauration qui a mis en lumière la grande finesse de son assemblage. À voir jusqu’en février devant le Musée des beaux-arts de Montréal.

En 1966, la société minière International Nickel Company of Canada commande à Alexander Calder une œuvre monumentale destinée à l’Exposition universelle de Montréal. Pour Expo 67, l’artiste américain propose Trois disques, plus tard renommée L’homme, une création gigantesque qui dépasse les 20 mètres de haut et de large. Ce stabile — terme utilisé pour les sculptures de Calder n’incluant pas d’élément mobile — est installé sur l’île Sainte-Hélène. Témoin majeur de l’événement historique, il fait partie des œuvres phares de Montréal. D’après certains, c’est la plus grande sculpture publique du Canada.

À cette époque, Calder n’a encore produit qu’une seule sculpture de cette envergure : Teodelapio, installée à Spoleto, en Italie. Pour élaborer son nouveau projet, il fait quelques esquisses sur papier, puis réalise une petite maquette, très simple, en aluminium. Un modèle réduit en acier, à l’échelle 1/6, lui permet ensuite d’évaluer l’impact du vent sur la stabilité de la future œuvre monumentale. Le sculpteur possède un diplôme d’ingénieur en mécanique, et les fondeurs avec lesquels il travaille lui reconnaissent tous une maîtrise remarquable dans ce domaine.

Pour lire la suite, commandez le magazine en cliquant ici.

Cet article est disponible dans :

Patrimoine et diversité. La rencontre en héritage

Hiver 2019 • Numéro 159

Quand patrimoine rime avec ouverture

Article suivant