Connexion des membres

Accueil   |   À propos   |   Liens   |   Nous joindre

 

RETOUR AUX NOUVELLES

1 avril 2014

Disparition annoncée du manoir Olier

Si aucune aide financière ne se confirme d'ici quelques semaines, le manoir Olier des Grèves de Contrecoeur, témoin de l'histoire du loisir au Québec, sera démoli. Dans un communiqué diffusé ce matin, la Colonie des Grèves de Contrecoeur tire la sonnette d'alarme.

COMMUNIQUÉ

Disparition du manoir Olier des Grèves de Contrecœur –  Il n’a pas toujours été trop tard

Contrecœur, lundi 31 mars 2014 – Édifice emblématique de l’histoire du loisir au Québec, le manoir Olier des Grèves de Contrecœur sera démoli d’ici quelques semaines, faute d’un financement suffisant. La Colonie des Grèves de Contrecœur, la plus ancienne colonie de vacances francophone en Amérique du nord, se doit de prendre cette décision difficile après plus de 10 ans à tenter de conscientiser les gouvernements à l’importance de sa mission et de son patrimoine.

Depuis son abandon au début des années 2000 par l’ancienne administration de la Colonie des Grèves, l’état du manoir Olier s’est détérioré à un point tel qu’une réfection est désormais impensable.  Construit entre 1927 et 1929, par l’architecte Pierre Dupaigne,  à l’origine de la croix du Mont-Royal, le manoir Olier a servi d’hébergement pour des milliers de campeurs durant plus de 70 ans. Il impressionne par sa taille monumentale et son architecture Art and Craft, qui s’imposa comme style distinctif dans les camps du Québec.

Depuis 2007, la Colonie des Grèves et la ville de Contrecœur mènent à bout de bras une relance pour éviter la privatisation de ce site en bordure du fleuve Saint-Laurent. Ce sont plus d’1 million $, provenant majoritairement du municipal, de dons privés et corporatifs régionaux et nationaux, qui ont été injectés dans les installations qui servent directement la mission de la Colonie. Cet investissement a permis à la Colonie de tripler ses bénéfices et d’assurer l’accès gratuit à son site pour toute la population de la Montérégie et du grand Montréal. Malheureusement, le manoir Olier, pavillon disproportionné et désuet ne pouvant être habité que l’été, ne pu être restauré, malgré le désir de la nouvelle administration de conserver cet héritage. Il a fallut sacrifier l’arbre pour sauver la forêt.

La Colonie des Grèves de Contrecœur voit désormais son avenir avec optimisme et planifie une 3e vague de rénovations afin de consolider les efforts des dernières années. La participation significative du gouvernement provincial sera inévitable cette fois, sinon le dernier grand domaine accessible à tous sur les rives du Saint-Laurent pourrait connaître le même sort que le manoir Olier d’ici la prochaine décennie.  Il est désormais trop tard pour sauver le manoir, mais la mission et le site des Grèves peuvent encore y échapper.

Fondée en 1912 pour accueillir les jeunes garçons de Montréal, la Colonie des Grèves de Contrecœur est un OBNL qui accueille aujourd’hui les enfants et les familles défavorisés de la grande région métropolitaine, afin de leur offrir des vacances, en dehors de la ville. À seulement 1h de Montréal et accessible en transport en commun depuis le métro Longueuil, la Colonie des Grèves est une base de plein air ouverte à l’année, offre des activités de plein gratuites, pour toute la famille. Un lieu unique qu’il faut préserver pour les générations futures.

-30-
 
Pour plus d’information :
Nancy Annie Léveillée
Directrice générale
naleveillee@coloniedesgreves.com / 450-742-4767

Partager

 

comments powered by Disqus

NOUVELLES

17 septembre 2018
Offrez-vous un voyage patrimonial distinctif!

12 juin 2018
Colloque sur le patrimoine

22 mars 2018
Parution printanière

TOUTES LES NOUVELLES