Connexion des membres

Accueil   |   À propos   |   Liens   |   Nous joindre

Photo : Josiane Ouellet
Automne 2019  |  Numéro 162

Patrimoine et aviation. À la conquête du territoire


Dossier   |  par , journaliste spécialisé en aviation au quotidien Le Soleil

Vue aérienne

Sites, infrastructures, appareils, savoir-faire, personnages marquants, traditions… Le patrimoine lié à l’aviation se décline en une large gamme d’éléments. Mais quelle que soit sa forme, il témoigne d’un pan important de l’histoire du Québec.

Le vaste territoire québécois a été un terreau fertile pour l’aviation canadienne au cours des 110 dernières années. C’est d’ailleurs au Québec que sont nés le pilotage de brousse et l’aviation commerciale, et que se sont implantés de nombreux constructeurs d’avions ou de composants d’aéronefs.

 

Un lent décollage

L’histoire de l’aviation au Canada commence pourtant en Nouvelle-Écosse. Le 23 février 1909, John Alexander Douglas McCurdy décolle de la surface gelée du lac Bras d’Or, à Baddeck, sur l’île du Cap-Breton, avec le Silver Dart. Ce vol, effectué cinq ans après celui des célèbres frères Wilbur et Orville Wright, est une première au Canada et même dans tout l’Empire britannique.

À cette époque, l’aviation ne suscite pas encore l’intérêt des autorités militaires. De plus, les écoles de pilotage n’existent nulle part au Canada. Les aviateurs en devenir n’ont pas beaucoup d’options. « Les gens pouvaient fabriquer eux-mêmes l’avion qu’ils faisaient voler, et souvent ça ne marchait pas », relate Rénald Fortier, conservateur au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa. « Sinon, il fallait aller dans une école de pilotage aux États-Unis ou en Europe, ce qui coûtait cher et posait, sauf en France, une barrière linguistique aux francophones. » Un obstacle qui subsiste avec la fondation des premières écoles de pilotage canadiennes, à Toronto et à Vancouver, pendant la Première Guerre mondiale.

Il faudra donc attendre 1914 pour qu’un premier Québécois décroche son brevet de pilote. Jean-Marie Landry s’était alors exilé en France, où il a fréquenté l’école de Louis Blériot, premier aviateur à traverser la Manche (1909). D’autres suivent ses traces afin de participer à la Première Guerre mondiale.

Pour lire la suite, commandez le magazine en cliquant ici.

  RETOUR AU SOMMAIRE Partager

 

commentaires gérés par Disqus

NOUVELLES

17 septembre 2018
Offrez-vous un voyage patrimonial distinctif!

12 juin 2018
Colloque sur le patrimoine

22 mars 2018
Parution printanière

TOUTES LES NOUVELLES