RETOUR

Montérégie TQ/Jean-François Bergeron/Enviro Foto

Plaisir intemporel

Constitué au fil des décennies, le repas de cabane à sucre se réinvente, à l’heure où le sirop se retrouve dans la mire des chefs… et des chercheurs. Passez à table !

Soupe aux pois, fèves au lard, jambon, oreilles de crisse, tarte au sucre, tire sur la neige. Et du sirop. Beaucoup de sirop. Dès que le printemps se pointe le bout du nez, les tables des cabanes à sucre du Québec se garnissent de ces plats emblématiques d’une tradition culturelle, culinaire et commerciale bien ancrée chez nous.

La composition de ce repas typique s’est consolidée au XXe siècle, mais ses origines remontent au siècle précédent. « C’était une façon de faire la fête en célébrant la fin de l’hiver. Les gens sortaient de leur enfermement », explique Laurier Turgeon, directeur du programme en sciences historiques et études patrimoniales de l’Université Laval.

Cela dit, rien n’aurait été possible sans le fameux sirop, or blond à la base de tout… Un produit qui stimule toujours la créativité des maîtres des fourneaux et des laboratoires.

Pour lire la suite, achetez le magazine en cliquant ici.

Cet article est disponible dans :

Patrimoine acéricole. On revisite la cabane

Printemps 2020 • Numéro 164

Des racines bien vivantes

Article suivant