RETOUR

Shutterstock

SOS Police

Il y a de l’espoir pour les propriétaires en mal d’assurance pour leur maison ancestrale.

Ce n’est un secret pour personne, signer une police d’assurance couvrant une vieille maison relève de l’exploit. « La situation perdure depuis des décennies », lance d’entrée de jeu Patrick Toupin, courtier en assurance de dommages chez Assurart. Ce cabinet de courtage collabore avec l’association Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ) pour créer de meilleurs liens entre les proprios, les courtiers et les compagnies d’assurance habitation, en général allergiques au terme « patrimoine ».

Recul récent, avancées en vue
La situation est encore pire depuis décembre 2020, moment de l’abandon du programme Heritas. La disparition de ce produit d’assurance habitation, concocté par la firme de courtage Dale Parizeau Morris Mackenzie en collaboration avec l’APMAQ, a porté un coup dur au milieu. « Ce programme était l’unique porte de sortie ; il a offert un répit », indique M. Toupin. Pendant sept ans, il a couvert les maisons construites avant 1940, situées dans un lieu patrimonial désigné ou possédant un caractère historique, architectural ou patrimonial particulier.

Cet article est disponible dans :

Patrimoine habité. J'adopte une maison d'antan

Printemps 2022 • Numéro 172

connectez-vous pour lire l’article

Ajoutez au panier

085$ Lire l'article