RETOUR

Bungalow_craftsman_L'Assomption

Façade d’un bungalow de style craftsman situé à L’Assomption, dans la région de Lanaudière Cette vue intérieure de la résidence de Maxime Perreault et de Geneviève M. Senécal présente certains éléments d’origine comme la table, les banquettes et les fenêtres. | Photo : Geneviève M. Senécal

Un acte d’amour

Les émotions sont au cœur de l’achat d’une demeure ancienne. Une bonne réflexion s’impose toutefois pour transformer un coup de foudre en un mariage heureux.

Si les motivations qui poussent à acquérir une demeure ancienne sont nombreuses et variées, elles naissent toutes au même endroit : le cœur. « C’est très émotif, l’achat d’une maison ancestrale. On le fait parce qu’on tombe en amour, et non juste parce qu’on a besoin de se loger », déclare Catherine Labrecque qui en a possédé deux. Courtière immobilière chez Royal LePage Blanc & Noir, elle en a aussi vendu plusieurs. Dans ce type de transaction, « les clients disent tous qu’ils veulent une maison qui a une âme, une histoire et du cachet ». 

Tout comme en amour, les raisons de l’attirance sont parfois mystérieuses. « On aurait pu être charmés par à peu près n’importe quelle maison qui a du caractère. Mais nous sommes tombés sur celle-là par hasard sur le site immobilier Centris. Ç’a été un coup de cœur », illustre Geneviève M. Senécal. Depuis l’été 2020, elle et son conjoint, Maxime Perreault, sont propriétaires d’un bungalow de style craftsman bâti en 1929, à L’Assomption, dans Lanaudière.

Cet article est disponible dans :

Patrimoine habité. J'adopte une maison d'antan

Printemps 2022 • Numéro 172

connectez-vous pour lire l’article

Ajoutez au panier

085$ Lire l'article