RETOUR

Photo: Pierre Lahoud

Un brin de folie

Que ce soit par leur caractère cocasse, poétique, mystérieux ou grivois, plusieurs toponymes québécois provoquent l’étonnement. Brève incursion au pays des noms insolites.

Certains toponymes surprennent par les images qu’ils créent. Qu’on pense aux chemins Brise-Culotte, en Estrie ; Vire-Crêpes, à Lévis ; du Bout-du-Monde, en Mauricie ; des Belles-Amours, en Chaudière-Appalaches… Ou encore au rang de l’Embarras, dans le Bas-Saint-Laurent. On pourrait imaginer que ce site a été la scène d’un événement honteux. En réalité, cet « embarras » est un amas de pierres et de branches permettant de franchir à gué la rivière Kamouraska !

Les noms de lieux sont des indicateurs d’espace et d’histoire. Ils constituent en quelque sorte notre mémoire de l’esprit du lieu. II y a fort longtemps, l’homme a commencé à baptiser les sites qu’il habitait, sûrement pour se donner des points de repère et s’approprier le territoire. Ces appellations brossent généralement le portrait fidèle d’un endroit à l’époque où elles ont été créées. Souvent, elles décrivent le paysage local, le milieu de vie, les activités exercées par les habitants, les événements survenus. Elles agissent comme des symboles identitaires porteurs de sens.

Pour lire la suite, commandez le magazine en cliquant ici.

Cet article est disponible dans :

Patrimoine toponymique. S'inscrire dans le territoire

Hiver 2017 • Numéro 151

Des noms en héritage

Article suivant