RETOUR

Maison d’école du rang Cinq-Chicots, à Saint-Christophe-d’Arthabaska

Maison d’école du rang Cinq-Chicots, à Saint-Christophe-d’Arthabaska | Photo : Pascal Huot

Une classe à part

Plusieurs anciens établissements scolaires immergent les touristes dans la réalité du passé. Première leçon : mesurer l’apport des institutrices au progrès de l’éducation au Québec. 

« Notre rôle est de monter la garde contre l’oubli », lance Pierre Carisse. Cet amoureux du patrimoine a contribué à sauver la maison d’école du rang Cinq-Chicots, à Saint-Christophe-d’Arthabaska. L’une des quelque 5000 écoles de rang que comptait le Québec autour de 1950.

Construite en 1903, cette école a accueilli des élèves jusqu’en 1960. Depuis 1988, elle reçoit plutôt des touristes. Pierre Carisse est au premier rang du projet quand l’Association québécoise des amis du patrimoine acquiert le bâtiment, qui sert d’entrepôt. « Les murs tenaient par les plafonds », illustre-t-il avec humour. Commence alors une vaste campagne de restauration. L’équipe court les antiquaires pour trouver des objets et du mobilier d’époque. Aujourd’hui, les visiteurs peuvent voir sur place la reconstitution d’une classe avec tableau noir, pupitres et catéchismes. Sans oublier des instruments craints par les élèves, comme la fameuse « strap » utilisée pour infliger des corrections.

Cet article est disponible dans :

Patrimoine scolaire. Patrimoine scolaire : Devoirs de conservation

Automne 2022 • Numéro 174

connectez-vous pour lire l’article

Ajoutez au panier

200$ Lire l'article